Alaska Part. 4 – Deadhorse

Le 03/07/2013, quelque part à proximité de Fox, au bord d’un parc d’attraction désaffecté sur la ruée vers l’or. Nous venons de terminer notre voyage de retour sur la Dalton Highway et nous allons passer la nuit dans notre 4×4 au milieu d’une allée qui mène à une gare abandonnée. La gare du petit train qui faisait le tour du parc quand il était encore en activité. C’est étrange d’avoir choisi de faire un parc d’attraction ici, en plein milieu de la forêt. Il est 19h30. C’est notre dernière nuit en Alaska, demain à minuit nous nous envolerons de Fairbanks pour rejoindre Vancouver. J’aurais bien aimé rester plus longtemps.

Day 7

Deadhorse est une base pétrolière, pas vraiment un village, encore moins un lieu touristique. Des baraquements, du matériel de forage, des véhicules tout-terrain avec des chenilles à la place des roues qui leur donnent des airs de tanks, des conduits de gaz partout. Un mix entre la base polaire de The Thing et une raffinerie de pétrole. Autour il n’y a rien. La toundra à perte de vue, des petits lacs à moitié gelés, un peu de neige.

Day 8

Nous avons dormi au bord de la Sag, la rivière qui traverse les installations et, le lendemain, nous avons payé 49$ pour prendre un petit bus et avoir le droit de traverser le champ pétrolier jusqu’à l’Océan Arctique. C’était le seul moyen car toutes les routes à partir de Deadhorse sont privées, fermées par des grilles et surveillées. Après 800 km de piste, 12 km nous séparaient seulement de l’Océan, nous ne pouvions pas nous arrêter si près du but ! Bref, Deadhorse c’est un lieu de travail où les ouvriers passent la plupart de leur temps confinés dans leurs baraquements et dépendent en tout point de leurs compagnies. Dans le seul magasin, qui vend aussi bien des amuse-gueules que du matériel de chantier, une des rares femmes de la base (nous en n’avons vu que trois en tout) nous a raconté que l’hiver, à cause des tempêtes de neige, il arrive que personne ne puisse sortir pendant trois ou quatre jours. Pour en revenir à l’Océan Arctique, nous avons finalement réussi à y tremper nos pieds. Une plage de galets dans la baie de Prudhoe Bay. C’était froid. De retour à Deadhorse, nous avons fait le plein de notre vaillant SUV recouvert de boue et nous avons repris la Dalton Highway en sens inverse. Nous sommes partis de Deadhorse vers 10h et nous avons roulé jusqu’aux montagnes. 250 km de vide absolu sans autre trace d’humanité que le pipeline et les stations qui servent à y ré-injecter de la pression. C’est dans cette zone qu’il y a des ours blancs mais apparemment à cette période de l’année il fait trop chaud pour eux et c’est très rare d’en voir.

Dalton Highway

Dans le sud des montagnes, nous nous sommes arrêté à Marion creek, là où nous avions dormi deux jours plus tôt. Nous avons décidé d’y faire une randonnée, en empruntant le seul tracé indiqué du secteur, jusqu’à une cascade. Le sentier était minuscule et commençait dans la forêt avant de s’aventurer à flanc de montagne. Au bout, la chute d’eau s’était un peu effondrée sûrement à cause du dégel : elle était devenue un réseau de petites cascades. Sur le chemin du retour nous avons croisé une piste en terre et Jean-Loup, qui n’avait pas mis ses chaussures de randonnée, a proposé qu’on la suive plutôt que le sentier boueux par endroits : quoi qu’il arrive, elle devait bien déboucher sur la Dalton Highway en contrebas. Nous avons donc emprunté la piste jusqu’à ce qu’elle disparaisse dans la rivière qu’elle était censée longer. En fait elle la traversait mais il y avait trop de courant pour que nous puissions passer de l’autre côté. Nous avons donc suivi le bord de la rivière pour ne pas avoir à revenir en arrière mais par endroits la végétation devenait trop dense pour que l’on puisse rester au bord de l’eau. Comme nous commencions à trop nous éloigner de la rivière qui était notre seul repère, j’ai décidé qu’on allait vraiment la suivre pour ne pas se perdre, c’est à dire qu’on allait mettre les pieds dedans. Nous avons donc descendu la rivière directement dans son lit. Nous avons eu de l’eau jusqu’aux mollets mais nous nous en sommes bien sortis. Au bout d’une heure nous avons retrouvé le sentier et un peu plus tard notre voiture dans le campground de Marion creek. Nous avons mangé sur l’une des grandes tables en bois disposées sur les emplacements. Nous étions tout seuls. Ce fut un repas agréable, nous avons pris notre temps, il y avait du soleil et peu de moustiques. Mes chaussures ont presque entièrement séché pendant que nous mangions. Nous avons dormi dans le 4X4 cinq miles plus au Sud, à Coldfoot. Le lendemain, nous nous sommes levés vers 8h, nous avons fait du café puis nous avons repris la route jusqu’ici. Demain nous rendons le SUV (après l’avoir lavé, ce qui ne va pas être une mince affaire) et nous squattons l’aéroport de Fairbanks jusqu’à minuit pour prendre notre vol pour Vancouver. J’espère qu’il y aura du Wi-Fi et que nous pourrons regarder nos mails et skyper. Je vais aller faire à manger : des pâtes, de la sauce tomate et des petites saucisses. Nous nous sommes installé devant la gare sur une grande table en bois que nous avons déplacée au soleil. La lumière est celle d’une fin d’après-midi mais elle ne va pas changer jusqu’à demain ! J’espère que l’île de Vancouver sera aussi extraordinaire et dépaysant.

ALASKA 2013

PART.1 – Anchorage
PART.2 – Denali Park
PART.3 – Dalton Highway
PART.4 – DeadHorse

Laissez un commentaire