P̩rou Part. 1 РParacas

Le 13 juillet 2009, je suis parti pour un voyage de presque deux mois en Amérique du Sud avec mes deux frères, Jean-loup et Julien. Nous avons parcouru plus de 13 000 Km de route et de piste en bus à travers le Pérou, la Bolivie, l’Argentine et le Chili. De Lima à Ushuaïa, deux mois d’aventures, de rencontres, notre premier vrai grand voyage sur la route, je venais à peine d’avoir 20 ans, Jean-loup en avait 17 et Julien 23. Pas de réservation, pas vraiment d’itinéraire précis, juste des lieux et des villes à atteindre entre notre arrivée à Lima et notre départ de Buenos Aires.

Du 14 au 24 juillet nous étions au Pérou. Nous avons vite fui Lima, trop impressionnante en ce début de voyage, vers la réserve de Paracas sur la côte Pacifique. En 2009, à l’entrée de la réserve, il n’y avait pas encore de resort (un Hilton était en construction) seulement des petits hôtels aux murs de chaux blancs tenus par des Péruviens. Nous avons décidé de parcourir la réserve à pied, 8 km de désert venteux avant de rejoindre un minuscule port de pêche au fond d’une large baie. Le seul restaurant pour touristes avait été détruit par le tremblement de terre de Pisco en 2007. Nous avons mangé dans le boui boui des pêcheurs, trois repas pour moins d’un euro. À la tombée de la nuit, ceux-ci ont quitté le port dans leurs pick-up rouillés, nous laissant seuls face à l’océan. Nous avons planté notre tente sur une petite plage quelques mètres plus loin.

Le lendemain, une impression de début du monde. À quelques mètres de notre tente, des dizaines de pélicans se réchauffaient sous les rayons d’un soleil encore timide. Dans la mer, une loutre avec son petit sur le dos cherchait son petit-déjeuner entre les rochers. Un peu plus tard, une otarie ou un phoque croisait à son tour dans nos eaux. Nous avons passé la journée à randonner le long de la côte dans le sable et les rochers. Quelques otaries et dauphins plus tard, la journée touchait déjà à sa fin. Nous avons décidé de rentrer à Paracas le soir même. Fatigués, sur la route du retour nous avons fait du stop avec des pêcheurs pour parcourir les derniers kilomètres de désert. À Paracas nous sommes descendus dans l’hôtel à la connexion internet la plus lente du monde, quarante cinq minutes pour ouvrir sa boite mail, pas de WIFI à cette époque ! Une bonne douche, – nous étions recouvert de sable de la tête aux pieds – puis une bonne nuit de sommeil, avant notre départ pour Nazca et notre traversée des Andes vers Cuzco.

PEROU 2009

PART.1 – Paracas
PART.2 – Cuzco & Machu Picchu

Laissez un commentaire